Droits d'auteur

Créateurs de mots, d'images, de liens

  • Nathalie Riera
    Tisseuse de mots et d'images, cette poétesse et revuiste aime à créer des liens entre ces deux pôles, depuis son sud varois.
  • Jacky Chriqui
    L'univers intime et poignant d'un photographe, écrivain, éditeur, masseur ayurvédique et ex-enseignant aux Beaux-Arts de Paris.
  • Eric Sénécal
    A la tête des éditions Clarisse ou de la Maison de la poésie de Haute-Normandie, Eric est le (presque) inusable porteur de la parole, directe, poétique, tout en énergie et sans afféterie.
  • Emmanuel Bacquet
    Emmanuel manie les idées commes les images, avec la grâce de l'artiste électrisé par l'aiguillon du doute et de la quête
  • Christophe Brunski
    Christophe est une énigme, une apparition de photographe poète capable de faire jaillir les mots images en anglais, français et suédois... un météore
  • Anael Chadli
    Exigence, profondeur, sens, des mots et une pensée qui témoignent de tout cela, poétiquement.

« Yeux noirs divinatoires | Accueil | Je me vêts de noir »

Commentaires

Bonsoir Laurent, cette fois je réagis à ce dernier commentaire que je trouve fort : "Si j'écris ce que je ressens, c'est parce qu'ainsi je diminue la fièvre de ressentir.

Ce que je confesse n'a pas d'intérêt. Je fais des paysages de ce que j'éprouve.

Je donne congé à mes sensations."

carOlinade

Depuis le temps... je prends aujourd'hui ce temps souhaité, celui de parcourir votre site qui, il y a un temps déjà, avait chatouillé ma curiosité.

Mais, comment dans cette mer de blogs si riche et vaste, si l'on ne veut pas passer sa vie que dans le virtuel, tout goûter ?! Ah c'est là le grand drame de la gourmande des âmes que je suis. Accepter de ne pouvoir être partout à la fois. Choisir de goûter des portions d'éternité une à une. S'approfondir à leur contact plutôt que de s'agiter (comme une poule pas de tête ) entre ciel, terre et mer tout à la fois. Voilà pourquoi j'ai mis tant de temps avant de revenir ici. Soit parce que la beauté et la richesse de votre site mérite plus d'attention qu'un passage frivole et débranché. Soit parce qu'en passant trop rapidement, l'âme des lieux m'échappe.

Dans vos mots d'outre-mer, je trouve l'écho de mes propres réflexions et de mon amour pour la Vie.
D'ailleurs dans votre: à propos de l'auteur, vos centres d'intérêt résonnent en moi bien fort. Je m'y retrouve.

au plaisir de revenir vous lire.

marie

Vivre, c'est faire du crochet?
Tandis que le crochet avance nos pensées restent libres ...

Une phrase de Marie Roaunet (je ne suis pas certaine de l'orthographe de ce nom, et j'éspère aussi ne pas l'écorcher ...), qui a écrit un livre autour de la nourriture, la préparation culinaire, sa symbolique etc.
... "pendant que les mains s'occupent, l'esprit travaille" ...
Beau, VRAI et simple ...
Nous l'expérimentons tous ...

prumtiersen/Immemory

oui, cette agitation est vaine et trouble.
te souviens tu ?
"Que peut on raconter d'intéressant ou d'utile ? Ce qui nous est arrivén ou bien est arrivé à tout le monde, ou bien à nous seuls ; dans le premier cas ce n'est pas neuf et dans le second celà demeure incompréhensible.

Si j'écris ce que je ressens, c'est parce qu'ainsi je diminue la fièvre de ressentir.

Ce que je confesse n'a pas d'intérêt. Je fais des paysages de ce que j'éprouve.

Je donne congé à mes sensations. Je comprends parfaitement les femmes qui font de la broderie par chagrin, et celles qui font du crochet parce que la vie existe. Ma vieille tante faisait des patiences pendant l'infini de ses soirées. Ces confessions de sensations, ce sont mes patiences à moi. Je ne les interprète pas, je ne les ausculte pas.

Je me déroule comme un écheveau multicolore, ou bien je me fais à moi même de ces jeux de ficelle que les enfants tissent, en figures compliquées, sur leurs doigts écartés. (...)

Vivre, c'est faire du crochet? Toutefois, tandis que le crochet avance, notre pensée reste libre...et tous les princes charmants peuvent bien se promener dans leur parc enchantés, entre deux passages de l'aiguille d'ivoire au bout fourchu..."

Fernando Pessoa. Le livre de l'intranquillité.

et dire que depuis, je dis tant et tant...
à me dégouter de moi.

merci de redire l'essentiel par tes mots.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.